• Soizic IzzI

Les pieds

Dernière mise à jour : 28 sept.

L’été dernier, en rangeant mes cartons je me suis aperçue que sans le vouloir j’avais entamé une série sur les pieds. Elle commence en 2008 à Taïwan, passe par Vienne, Hong Kong, la Thaïlande, le Maroc, traverse Lanzarote puis Fuerteventura, Mesquer, Nantes, St Nazaire et se poursuit ce jour-même à Pornic. On y découvre mes pieds en tennis, en tong ou bien nus.

Premier dessin de pieds - Taïwan 2008


Genèse de mes pieds.

J’ai longtemps nourri à l’égard de mes pieds un sentiment trouble, voir une certaine rancœur. Il y a encore peu de temps, sur la plage, je m’évertuai à les enfouir sous le sable afin qu’on ne les voit pas, ces grands et larges pieds si vilains… Ils étaient non seulement laids et par cela détestables mais de surcroît, ils étaient cause de souffrance. En effet, lorsque j’étais enfant les coutures des chaussettes me rendaient la vie impossible, et souvent les chaussures de par leur rigidité me blessaient. Par ailleurs, lorsque je chaussais mes pointes pour le cours de danse classique le carton intérieur venait irrémédiablement m’entailler la chair Cette séance de torture (mêlée de manière antinomique au plaisir de la danse) durait l’heure du cours puis le calvaire se prolongeait la semaine malgré le port de tennis les plus souples possible et l’usage de pansements. Peut-être est-ce à cause de cela que je n’ai pu réaliser mon ambition première, être danseuse étoile. Euh, cela et une fâcheuse tendance à me jeter contre les murs… Depuis on m’a parlé de dyspraxie, affaire à suivre… Pour en revenir à mes pieds, au collège on m’avait d’ailleurs affublée du surnom de Berthe au grands pieds… J’ajouterais à cela un pouce fortement disgracieux et replet afin de parfaire le tableau...

Thaïlande 2009


Bref, tout dans le pied était source de conflit avec moi-même, et j’ai longtemps porté, été comme hiver, des docs coquées montantes qui malgré l’inconfort notoire me mettaient à l’abris des regards indiscrets. Et puis, que s’est-il passé ? Un jour j’ai acheté des tongs et du vernis à ongle et je suis sortie comme ça, les pieds à l’air !

Nantes 2013


Pourquoi dessiner mes pieds ?


J’imagine qu’inconsciemment j’ai voulu avoir le dernier mot et me prouver que je pouvais dépasser cet état de torpeur face à ce que je trouve le plus laid chez moi pour enfin l’assumer… Un peu comme mes badges de Michel Simon concernant la cellulite au menton, mais cela c’est une autre histoire …


Fuerteventura 2016


Pornic 2020


Petit rituel désormais bien encré lors de ma première baignade, je sors tout d’abord mon petit carnet et trace rapidement ces quelques lignes qui me donneront accès au plaisirs du bain. Ensuite, la plupart du temps je n’y pense plus de l’été.


Pornic 2022


Que faire de ses pieds ?

L’avenir nous le dira !

Copyright 2020 – Tous droits réservés Soizic IzzI

52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout